Introduction

« Au côté du feu, alors que le bois noir brûle,

Une danseuse qui rit dans les voiles de lumière,

Dont la danse transforme les ténèbres en or »

Abu Abd Allah ben Abi-l-Khisal

Le temps reste immobile dans des endroits reculés. Les traditions sont lentes à changer et la mémoire est longue. Sur les rives du Nil, non loin d’Aswan, nous avons amarré notre bateau, une felucca à une voile, et deux membres de notre equipe sont allés à terre acheter de la nourriture. C’était presque le crépuscule. Une volée de marches délabrées menait à la rive et, à la vue de notre bateau, une horde d’enfants en galabiyas blanches est apparue et est venue en courant pour nous regarder de plus près. « Touristes! » crièrent-ils en montrant deux des hommes en barque vêtus d’un short. Ces pauvres touristes aux jambes nues et rougies avaient visiblement oublié leurs vêtements. Les enfants ont ri et, avec des visages moqueurs, ont imité le clic des caméras. Une femme allait chercher de l’eau à la rivière, la cherchant dans un énorme pot en terre cuite. Elle a roulé une longueur de tissu pour poser le pot. Puis, d’un seul geste habile, elle souleva le pot et le posa soigneusement sur sa tête. L’équilibrant d’une main, elle se détourna et, rattrapant sa jupe de l’autre, commença à gravir les marches. J’ai été frappé de voir à quel point elle bougeait avec grâce, malgré le poids lourd du pot, ses hanches se balançant d’un côté à l’autre alors qu’elle se frayait un chemin pieds nus sur le sol inégal et disparu.

Alors que le ciel commençait à s’assombrir, les enfants ont commencé à s’éloigner. L’une d’elles, une petite fille en galabiya qui portait une chemise de nuit presque jusqu’aux chevilles, était restée là tout le temps à nous toiser. Une figure minuscule avec un enchevêtrement de cheveux noirs, elle n’aurait pas pu avoir plus de cinq ou six ans. Soudainement elle est revenue à la vie et a commencé à danser en roulant ses hanches et en secouant avec insouciance son bassin. Levant les bras au-dessus de sa tête, elle claqua impérieusement ses doigts, le visage plein de joie, tandis que certains des autres enfants l’applaudissaient. Puis elle descendit au bas des marches et tendit la main pour demander de l’argent. Mais notre batelier l’a chassée et, alors que nous repassions au milieu de la rivière, il a appelé les enfants alors qu’ils se tenaient et nous ont regardés partir, les taquinant avec leurs propres mots, « Touriste! Appareil photo! Baksheesh! « 

Chaque jour que j’ai passé en Égypte, il y avait un aperçu soudain et inattendu de la danse. Une fois, deux jeunes filles portant un foulard autour des hanches, vues à travers la fenêtre ouverte d’une maison au milieu de l’après-midi, dansant ensemble au son de la radio. Une autre fois, c’était un groupe de gypsie sur une parcelle dégagée à l’extérieur du souk. Il est facile de trouver la danse en Egypte, car dans la plupart des pays arabo-islamiques, la danse a toujours un rôle à jouer dans la vie quotidienne. Ce n’est pas devenu une chose à part, comme c’est le cas en Occident.

Depuis quelques années, j’enseigne et joue de la danse orientale, en particulier le solo féminin traditionnel sous sa forme égyptienne, raqs al-baladi (danse du peuple). Les variantes de ce type de danse et de l’hybride qu’il a produit, raqs al-sharqi (danse orientale), se rencontrent dans toute l’Afrique du Nord et le Moyen Orient. Aucune danse n’a exercé une fascination plus puissante, ni été décrite plus en détail par des étrangers.

Mon expérience personnelle du baladi égyptien remonte à douze ans. La première fois que je l’ai vu, cela m’a semblé être quelque chose de rare et de magique. Je pensais alors, et je pense encore, qu’elle est la plus éloquente des danses féminines, avec son lyrisme obsédant, son feu, son kaléidoscope du mouvement sensuel sans cesse changeant.

La danse d’aujourd’hui est bien loin de son ancêtre, l’une des plus anciennes de la création, mais les traces de son passé lointain y sont encore attachées et se révèlent souvent de manière inattendue. On la trouvait autrefois dans le monde entier, une danse dans laquelle le mouvement des hanches – parfois vigoureux, parfois doux et sinueux – en était l’expression principale. À l’origine, il avait une signification précise en termes de rituel et de cérémonie, car il exprimait les mystères de la vie et de la mort tels qu’on les comprenait alors.

Comme toute danse ancienne, elle était à l’origine liée au culte religieux, à une époque où la religion faisait partie intégrante de la vie quotidienne et concernait tous les aspects de la vie humaine. Mais à mesure que les cultures primitives devenaient de plus en plus sophistiquées et que la civilisation supprimait les croyances d’un autre âge, les rituels liés à ces religions révolues étaient également supprimés. Ainsi, la danse pelvienne féminine s’est éteinte dans de nombreuses régions du monde. Dans certaines régions, cependant, il est passé d’un rite religieux à un divertissement laïc.

Les récits nous sont parvenus du monde entier et de toutes les époques de l’histoire. Une version grecque ancienne avait pour caractéristique essentielle la rotation des hanches et de l’abdomen. À Cadix, au premier siècle de notre ère, les danseurs ont joué « en s’affaissant » les cuisses tremblantes sur le sol « . Au septième siècle de notre ère, un érudit persan, décrivant les principaux attibuts d’un grand danseur, signala « une agilité marquée dans le fait de tourner et de balancer les hanches ». Parmi les régions où ce type de danse a survécu, on trouve principalement le monde arabo-islamique. Là, un art développa le rite ancien qui devint, avec le temps, une danse d’une grande richesse et d’une grande subtilité.

Lorsque la danse a cessé d’être un simple moyen d’expression de soi et une partie d’une cérémonie communale pour devenir un divertissement laïque, elle a été reprise et perfectionnée par les interprètes professionnels qui sont apparus sur scène. Cette transition a permis de tracer une ligne de démarcation entre les facettes acceptables de cette danse des hanches, à la fois audacieuse, sensuelle et parfois très érotique. Dans le monde arabe, comme dans les cultures patriarcales du monde entier, son acceptabilité ou inacceptabilité était intimement liée au rôle de la femme dans la société et à ce qui était permis et interdit.

Du côté acceptable, la danse était un passe-temps social, joué à la maison par des femmes pour se divertir. Du côté inacceptable, il y avait la danse professionnelle, qui appartenait aux gypsies, aux communautés minoritaires et aux membres les plus pauvres de la société. Ils se sont méfiés de leurs moyens libres et faciles, de leur réputation de malhonnêteté (comme celle des artistes de spectacle en général) et de leur refus d’accepter les mœurs sociales de la communauté en général. Cependant, de nombreux danseurs professionnels ont été accueillis à la maison pour animer les fêtes de famille, dansant devant des étrangers n’était pas considéré comme une activité acceptable pour des femmes respectables.

L’histoire du baladi égyptien et de son équivalent dans d’autres pays arabo-islamiques est passée d’un divertissement privé à un divertissement professionnel, de la manière dont elle a été exportée vers l’Ouest et est devenue, d’une part, un sujet de scandale et, de l’autre, une inspiration durable pour l’art occidental est le sujet principal de ce livre. C’est l’histoire de la façon dont un art ancien a survécu contre toute attente.

One thought on “Traduction : Introduction « Serpent of the Nile »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string LhQXGq to the field below: