Les Ecoles de danse orientale Bordelaise

Les Ecoles de danse orientale Bordelaise

 

En ce début d’année scolaire, voici un listing des meilleurs endroits pour prendre des cours de danse orientale dans la région bordelaise. Cela pourra vous permettre de choisir et d’essayer différents professeurs.

 

1 – Caroline Chatel

listes des écoles

L’importance du sol et des pieds – Journal de la danse orientale

L’importance du sol et des pieds

En tant que danseur amateur et professionnel, nous pensons aux éléments « visibles ». Nous prenons en compte ce que nous voyons dans le miroir et, par conséquent, ce que le public verra de nous. Cependant, nous ne pensons pas assez à la partie invisible de l’Iceberg, qui est pourtant le plus important  : Le Sol est les pieds. En effet, c’est de là que tout part. Les problèmes d’équilibre, de force, d’ancrage, poids du corps, et même technique de base sont souvent liés à la connexion qui se passe entre nos pieds et le sol. lire la suite

Intégrer ses dépressions à sa danse – Journal de la danse orientale

Intégrer ses dépressions à sa danse

 

L’art est le reflet de notre vie et notre personnalité. Souvent nous dansons nos rires, nos rencontres, nos traits de caractère lumineux….Mais lorsque vous êtes confronté dans votre vie à des difficultés, des zones sombres se révèlent à vous et peuvent vous écarter de votre art. Pourquoi? Car si vous associez votre danse à la lumière vous allez avoir du mal à visualiser votre art lors de périodes dépressives. 

lire la suite

La danse orientale comme thérapie – Journal de la danse orientale

La danse orientale comme thérapie

Les scientifiques découvrent de plus en plus de bienfaits psychologiques et physiques au sujet de la danse. La danse orientale  a des effets positifs dû à la pratique mais elle donne également des avantages spécifiques pour le bien-être. La danse orientale s’adresse aux femmes et aux hommes de tout âges, types, formes et tailles. C’est l’une des quelques formes d’exercice qui semble englober toutes les dimensions de la santé et du bien-être. La pratique régulière de cet art offre des améliorations significatives dans la forme cardiovasculaire et la flexibilité. La danse orientale offre également la possibilité d’une expression artistique, d’interactions sociales et même d’améliorer considérablement notre niveau de bien-être. lire la suite

Votre travail VS la danse – Journal de la danse orientale

 Votre travail VS la danse

 

Travailler à temps plein s’accompagne de beaucoup de défis….

Vous êtes toujours fatigué, peut-être que vous avez une alimentation déséquilibrée et que voua savez du mal à gérer votre vie sociale en prime!

Lorsque vous étiez à l’école, il y avait de la place dans vos journées pour continuer à danser.

Ce n’est pas forcement évident non plus mais plus gérable.

Et si le travail que vous faites est stressant, la tension mentale rend difficile la pratique de la danse.

Mais peu importe les difficultés, vous pouvez tout faire si vous le voulez véritablement!

lire la suite

Le danseur vieillissant – Journal de la danse orientale

Dois-je continuer ou bien m’arrêter ?

Nous savons tous que la culture moderne est obsédée par la jeunesse. Nous sommes bombardés d’images et de messages par les médias à longueur de journée. Cela laisse des empreintes profondes dans notre psyché à tel point que certaines prennent des mesures extrêmes pour maintenir et préserver leurs « vingt ans ». suite

Lumière sur le style dit « pharaonique » – Journal de la danse orientale

 

Qu’est-ce-que la danse pharaonique?

De temps en temps, on retrouve le terme de danse pharaonique  dans les communautés de danse européennes et nord-américaines. Vous pourriez trouver une musique qui vous rappelle ce style sur certaines chansons de Eddie Kochak. Ou peut-être avez-vous déjà vu un danseur dansant la danse pharaonique. Alors, qu’est-ce que c’est, qui l’exécute, et comment peut-on le faire?
lire la suite

Interview Mahmoud Reda (2/3) – Journal de la danse orientale

Où as-tu trouvé ton inspiration pour tes premières chorégraphiques?

 

J’avais hâte de commencé mais une chorégraphie a besoin d’un minimum de rechercher. J’ai utilisé mes connaissances sur le folklore, car j’ai vécu dans la vieille Egypte. J’ai eu des idées et les aient concrétisé dans mon premier programme que j’ai appelé «Sketch». « Sketch » est un personnage sur lequel j’ai construit l’histoire « The syrup Vendor ».

Il n’y a pas de danse dans notre folklore appelé « le vendeur de sirop », mais j’ai utilisé le personnage, et ai fait danser les danseurs avec la melaya pour acheter du sirop auprès du personnage , et le vendeur voit Farida, la première danseuse. Il flirte avec elle et les choses se passent. C’est une danse.

Une autre danse, que j’appelle la «Flûte enchantée», est celle d’un garçon amoureux d’une fellaha [paysanne] fille du village, et le père ne l’aime pas. Il utilise la flûte et joue de la musique pour lui et l’adoucir. Il danse même avec la flûte, et le père accepte que le garçon épouse la fille.

Ces danses sont-elles toujours dans votre répertoire? Les faites-vous toujours?

continuons l’interview

Inspiré votre créativité

Trouver de l’inspiration dans votre quotidien

 

Lcréativitées danseurs et les artistes en général trouvent diverses manières d’être créatifs. Ils se doivent d’être gagné par la créativité pour leurs chorégraphies, leurs improvisations, leurs cours. Ils s’imprègnent des gens, des lieux et même d’objets. Cela peut être également d’autres danseurs, une peinture, un coucher de soleil
ou une conversation profonde et énergisante. C’est très personnel parce qu’une personne peut être inspirée par quelque chose et une autre pas du tout. Cela peut être quelque chose de petit, voire même d’invisible ou au contraire quelque chose d’énorme et de gigantesque. Ce que je veux dire par là  c’est que le mystère du flot créatif est propre à chacun. Je pense qu’il faut être de grand curieux et savoir regarder ce qui nous appelle. Etre à l’écoute et rester en éveil.

 

Il y a des productions théâtrales élaborées, des spectacles de danse à la télévision représentant de nombreux styles, des films en noir et blanc de danseurs de l’âge d’or à la Fred Astaire et Ginger Rogers, des clips musicaux actuels avec des chorégraphies serrées et des vidéos YouTube de danseuses orientales du monde entier.

lire la suite

Histoire du style « Saïdi » – Journal de la danse orientale

Histoire

Le Saïdi (prononcé SIGH-EE-DEE). La danse Saïdi provient de la Haute Egypte, entre Gizeh et Edfou (voir la carte ci-dessous). Habituellement, une danse Saïdi est vivante, énergique et terrienne. Elle utilise le rythme 4/4 connu comme le rythme Saïdi. On dit que les pas très rythmés et le caractère de cette danse proviennent du mimétisme des chevaux du village mixé avec la danse combative du bâton appelé le Tahtib. Le Saïdi traditionnelle est alors dansé avec ou sans bâton ou la canne. 

Il existe deux types de danse Saïdi : Raks Assaya et le Tahtib. Le Tahtib est exécuté traditionnellement par deux hommes et représente une danse de combat. « Raks Assaya » est réalisé par des hommes et/ou des femmes et montre une version plus acrobatique de la manipulation du bâton. Selon notre sensibilité on danse avec force et puissance ou gracieux et déterminé. La canne est apparue grâce à l’illustre chorégraphe Mr Reda qui fut un pionnier dans les ballet scéniques orientale. egypte style saïdi