Votre travail VS la danse – Journal de la danse orientale

 Votre travail VS la danse

 

Travailler à temps plein s’accompagne de beaucoup de défis….

Vous êtes toujours fatigué, peut-être que vous avez une alimentation déséquilibrée et que voua savez du mal à gérer votre vie sociale en prime!

Lorsque vous étiez à l’école, il y avait de la place dans vos journées pour continuer à danser.

Ce n’est pas forcement évident non plus mais plus gérable.

Et si le travail que vous faites est stressant, la tension mentale rend difficile la pratique de la danse.

Mais peu importe les difficultés, vous pouvez tout faire si vous le voulez véritablement!

lire la suite

Interview Maïssane Narjis – Journal de la danse orientale

Maïssane Narjis est une danseuse et professeur de danse orientale. Voici son Interview :

1 – Peux-tu nous dire trois mots qui représentent pour toi la danse orientale et pourquoi?

Maîtrise : car la danse orientale est une discipline qui permet de connaître chaque partie de son corps. De faire travailler tous ses muscles en douceur mais en profondeur de la tête aux pieds. De modeler son corps.

Musicalité
: ce qui m’a marqué la première fois que j’ai vu de la danse orientale, c’était l’aisance de la danseuse à illustrer la musique. A interpréter les percussions mais aussi chacun des instruments qui composent un morceau. La danseuse orientale pour moi est au service de la musique.
J’hésite entre ces deux termes, qui pour moi se complètent bien métissage/modernité : la danse orientale est le fruit de la rencontre de plusieurs peuples, de plusieurs cultures, traditions. C’est une danse très ancienne, qui perdure et qui a toujours su évoluer avec son temps, grâce au métissage. Aujourd’hui c’est une danse à la croisée des mondes. Entre Orient et Occident une danse qui est universelle, et qui continue sans cesse d’évoluer, en gardant ses sources orientales. En se mariant avec les danses contemporaines, modernes et classiques.

Inspiré votre créativité

Trouver de l’inspiration dans votre quotidien

 

Lcréativitées danseurs et les artistes en général trouvent diverses manières d’être créatifs. Ils se doivent d’être gagné par la créativité pour leurs chorégraphies, leurs improvisations, leurs cours. Ils s’imprègnent des gens, des lieux et même d’objets. Cela peut être également d’autres danseurs, une peinture, un coucher de soleil
ou une conversation profonde et énergisante. C’est très personnel parce qu’une personne peut être inspirée par quelque chose et une autre pas du tout. Cela peut être quelque chose de petit, voire même d’invisible ou au contraire quelque chose d’énorme et de gigantesque. Ce que je veux dire par là  c’est que le mystère du flot créatif est propre à chacun. Je pense qu’il faut être de grand curieux et savoir regarder ce qui nous appelle. Etre à l’écoute et rester en éveil.

 

Il y a des productions théâtrales élaborées, des spectacles de danse à la télévision représentant de nombreux styles, des films en noir et blanc de danseurs de l’âge d’or à la Fred Astaire et Ginger Rogers, des clips musicaux actuels avec des chorégraphies serrées et des vidéos YouTube de danseuses orientales du monde entier.

lire la suite

Histoire du style « Saïdi » – Journal de la danse orientale

Histoire

Le Saïdi (prononcé SIGH-EE-DEE). La danse Saïdi provient de la Haute Egypte, entre Gizeh et Edfou (voir la carte ci-dessous). Habituellement, une danse Saïdi est vivante, énergique et terrienne. Elle utilise le rythme 4/4 connu comme le rythme Saïdi. On dit que les pas très rythmés et le caractère de cette danse proviennent du mimétisme des chevaux du village mixé avec la danse combative du bâton appelé le Tahtib. Le Saïdi traditionnelle est alors dansé avec ou sans bâton ou la canne. 

Il existe deux types de danse Saïdi : Raks Assaya et le Tahtib. Le Tahtib est exécuté traditionnellement par deux hommes et représente une danse de combat. « Raks Assaya » est réalisé par des hommes et/ou des femmes et montre une version plus acrobatique de la manipulation du bâton. Selon notre sensibilité on danse avec force et puissance ou gracieux et déterminé. La canne est apparue grâce à l’illustre chorégraphe Mr Reda qui fut un pionnier dans les ballet scéniques orientale. egypte style saïdi

Monter sur scène en groupe ou en solo ? 7 étapes afin de franchir le cap!

 

Qui veut monter sur scène?

 

Il arrive à un moment dans votre pratique de la danse orientale où l’inévitable se produit : votre professeur ou une autre école organise un spectacle et offre la monter sur scènepossibilité d’effectuer votre chorégraphie de cours. Mais vous, où en êtes vous avec votre envie de monter sur scène ? Beaucoup d’ entre nous en veulent toujours plus et sont désireux de tirer le meilleur parti de toutes les facettes de se produire. De sentir l’excitation de l’ensemble du processus : les répétitions, l’adrénaline, l’excitation, les nerfs, le maquillage, la respiration profonde, la performance, l’émotion, vivre dans l’instant, les applaudissements, les compliments, les photos, les félicitations, la satisfaction, la confiance. Du coup on se dit « quand est-ce qu’on remet ça ? ».
6 étapes pour franchir le cap

Musique à connaître : »Tahtil Shibbak »

Qui, quoi Comment?

 

« Tahtil Shibbak » est apparue dans le film égyptien « Laabet El Sitt » ( qui signifie « la marionnette de la dame ») en 1946. La musique fut composée par Aziz Osman etahtil shibbakt les paroles écrites par Badeh Khairy. D’ailleurs Taheya Carioca danse sur « Tahtil Shibbak » dans ce film accompagné par un ensemble musical dont Osman qui chante et joue du Oud. Vous pouvez voir cette performance ici!

 

Que signifie « Tahtil Shibbak »?

« Tahtil Shibbak » signifie littéralement « sous ma fenêtre ». Cette chanson parle donc d’une jeune fille qui regarde par-dessus sa fenêtre et qui voit un beau jeune homme marchant dans la rue. Elle flirte alors avec lui que ce soit dans son imagination ou en réalité – ici le réel se confond avec le rêve. Ci-dessous un petit avant-goût des paroles. Selon les versions, il y a plus ou moins de versets.

Traduction

 

Sous ma fenêtre, je vous ai aperçus. Quoi de neuf? Parlez-moi!

S’il vous arrive de passer à côté de ma maison, je vous embrasserais vos pieds. Vous n’avez qu’à lever les yeux pour allumer la passion en moi.

Je crois en vous! Gardez les yeux sur moi!

Mon Dieu gardez les yeux sur moi!

Vos joues ressemblent à des pommes, j’aimerais les goûter.

Vos yeux me tuent!

Si il vous arrive de passer prés de chez moi, frappez à la porte!

Oh nuit! Oh nuit…

Dansez sur « Tahtil Shibbak »

C’est une chanson très enjouée et amusante à danser. En conclusion, maintenant que vous savez (en partie) de quoi elle parle,  vous aurez compris que vous vous pouvez sans soucis avoir une attitude innocemment « flirty ». Cette chanson est considérée comme un Baladi, il faut donc que l’on ressente votre danse comme décontracté ( je n’ai pas dit que c’était facile haha^^).

Enfin vous trouverez ci-dessous des liens amazon pour différentes versions de cette chanson.

 

Accepter d’être parfois moins performant sur scène.

Etre moins performant accompagne l’artiste. Lors de nos différentes démonstrations, on se sent parfois à l’aise mais parfois non.  Plusieurs raisons peuvent entraîner un sentiment d’impuissance dans notre danse malgré notre talent et notre travail. Le « creux artistique » arrive souvent lorsqu’on ne s’y attend pas. Bien entendu, tout le monde est confronté à ce vide et je ne déroge pas à la règle ^^…..

Laissez-moi vous partager mon expérience 

être moins performantLorsque nous sommes invités à un événement, il faut envoyer sa musique le plus vite possible. Etant également organisatrice, je fais également cette demande aux artistes car la programmation et l’ordre de passage sont cruciaux pour le rythme d’un spectacle. Il s’avère, d’ailleurs, un véritable casse-tête, donc le plus tôt est le mieux!

 

Bref, J’avais envoyé ma musique pour un spectacle quelques mois avant la date. Sauf que, lors du jour J, les trois minutes avant mon passage, lorsque je regardais l’artiste juste avant moi qui passait sur scène, je sentais que je n’arriverais pas à rentrer dans ma musique. Je me remémorais les paroles tristes mais à la place de l’émotion prévue, j’avais envie de rire….GROS problème! Puis, ce fût à moi, et là……un cauchemar……comme je le pressentais, je n’arrivais pas à rentrer dans la musique!

continuez l’article