« Serpent of the Nile, women and dance in the arab world » Wendy buonaventura – Traduction en français – Prologue

« Ce livre raconte l’histoire d’une danse dont la nature séduisante a captivé des artistes, des écrivains, des voyageurs et bien d’autres au fil des ans. Exécutée à l’origine par des femmes du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, elle est maintenant populaire dans le monde entier. Cependant, contrairement à d’autres danses telles que le flamenco, le tango et le ballet, il n’y a pas de nom convenu pour cet art, qui a acquis sa plus grande sophistication en Égypte.

À la fin du XXe siècle, lors de fêtes festives au Moyen-Orient, les gens dansent sur de la musique pop occidentale et, à un moment donné de la soirée, il y a toujours quelqu’un pour dire : « Mettons du sharqi maintenant », ce qui signifie « Mettons de la musique et de la danse de chez nous « (sharqi étant le mot en arabe pour » oriental « ). Historiquement, la danse des femmes ne s’est jamais appelée « raqs sharqi » dans sa propre culture. Mais comme il est devenu de plus en plus populaire dans l’Ouest, une recherche a commencé pour un nom reconnu par tous. Raqs sharqi (« raqs » est le terme arabe pour « danse ») était l’un des noms suggérés. Ce terme est souvent utilisé aujourd’hui – parfois avec le mot « classique » ajouté, ce qui complique plutôt les choses, car le terme « classique » a les implications d’une période historique qui ne s’applique pas en ici. Le raqs sharqi d’aujourd’hui est fondamentalement une forme de danse moderne qui a absorbé les influences de tout le moyen-orient, ainsi que de l’ouest.

Le terme « cabaret » et le vieux terme colonial « danse du ventre » sont largement utilisés pour décrire la forme commerciale occidentalisée trouvée dans les hôtels, les discothèques et les restaurants. Mais les artistes professionnels refusent souvent d’être qualifiés sous ces termes à cause de certaines connotations historiques dégradantes et ont plutôt adopté le terme « danse orientale ». Pour les danseurs britanniques, cependant, « oriental » est un terme déroutant, car il suggère à la fois le Moyen et l’Extrême-Orient.

L’ancien terme espagnol pour cette danse solo – La Danza Serpiente – reflète ses mouvements ondulants caractéristiques qui montent et descendent le long de la colonne vertébrale et autour des hanches, mais je doute que ce nom soit susceptible d’être repris en dehors de l’Espagne, aussi parfait soit-il peut être.

Mon propre choix de mettre le terme « Arabic » place la danse dans un contexte culturel, même si ce terme pose problème. La première raison, bien sûr, est que beaucoup de personnes vivant dans la région ne sont pas arabes (y compris les Iraniens, les Turcs, les Égyptiens et les Berbères d’Afrique du Nord). La seconde est que « danse arabe » suggère toute une gamme de danses trouvées dans la région. A défaut de meilleur terme – aucun, à mon sens, n’est apparu au cours des nombreuses années écoulées depuis la première publication de ce livre – je m’en tiens à ma définition originale et l’utilise dans ce livre uniquement en relation avec la danse solo des femmes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string fXgNPo to the field below: