Réussir l’apprentissage chorégraphique

Beaucoup se demandent : « Comment puis-je apprendre une chorégraphie mieux et plus rapidement? »

J’ai fait pas mal d’article et de vidéo à ce sujet mais je vais essayer de vous apporter encore plus de pistes pour votre travail personnel.

 

Ecouter, comprendre la musique

La danse orientale, comme beaucoup de types de danse, est intimement liée à la mélodie et aux rythmes. Nous nous devons, en tant que danseurs et danseuses, d’interpréter et de transmettre la musique au public à travers nos mouvements, nos expressions et nos sentiments. Cela nécessite une technique efficace, certes, mais cela demande aussi une oreille fine et perspicace.

Se connecter davantage à ses pieds aide énormément car c’est la base de tout. Connecter les mouvements et comprendre leurs liens avec la musique est primordial! 

Suivre les autres ne suffit pas

Parfois, il est tentant de laisser l’énergie du studio et les autres danseurs nous « porter ». Toutefois cela entraine le fait de ne pas interioriser les mouvements et la musique. Nous regardons nos « collègue »s et les suivons, laissant nos neurones « miroirs » faire le travail alors que nos oreilles pourraient le faire. Au lieu d’écouter la musique et de laisser guider nos mouvements, nous comptons sur nos collègues danseurs.

Et même si une véritable volonté d’affronter les mouvements est là, sans une compréhension intime de la musique nous sommes littéralement perdus.

Si vous pensez ne pas avoir l’oreille musicale, cela ne signifie pas que c’est fichu! C’est simplement que vous allez avoir besoin d’écouter de la musique plus souvent, sans pour autant danser dessus. Plus vous connaissez une musique, que vous pouvez fredonner la mélodie ou battre le tempo plus vous vous souviendrez d’une chorégraphie.

Faire une « Map » de votre musique

Quelle que soit votre musique elle a une structure bien particulière. Nous pouvons, pour chaque grande partie lui attribuer des lettres. Partie A, B, C, et ainsi de suite. Que nous apprenions une chorégraphie de quelqu’un d’autre ou que nous créions la nôtre, nous devons connaître l’architecture sous-jacente de la chanson sur laquelle nous dansons.

Faisons l’exercice ensemble sur « Talisman » : https://www.youtube.com/watch?v=iIo8U9d2y7Q

  1. Nous avons  « l’intro » qui se décline sur 4 mesures de 4 temps chacun (en d’autres termes 4 phrases musicales de 4 temps chacune)
  2. Ensuite, nous avons une mesure de 4 temps de percussions, une sorte de transition avec la prochaine partie
  3. Ensuite nous avons la première partie que nous appellerons le verset A, qui dure 2 x 4 mesures. C’est-à-dire que la phrase musicale se répète une deuxième fois. 
  4. ect….

Avez-vous compris? Je vous conseille de plutôt le faire par dessin afin d’avoir une véritable vue d’ensemble. Exemple : 

Par ce biais, une musique a plus de sens lorsque nous la décomposons. Du coup, si nous devions apprendre une chorégraphie, nous avons un squelette et un cadre pour travailler. Ces morceaux nous aideront à nous souvenir de la danse, car nous avons maintenant une meilleure compréhension de la structure musicale.Une chanson peut avoir beaucoup de sections mélodiques et rythmiques différentes. La version cinématographique originale de la chanson d’Abdel Halim Hafez « Gana El Hawa » a beaucoup de sections différentes, avec seulement une répétition du refrain à la fin.

Et notez que vous n’avez pas besoin de savoir lire la musique, de comprendre la notation, les accords ou toute autre théorie musicale pour commencer … bien que cela soit très utile.

Votre chorégraphie fait Echo à la structure musicale

Quand nous abordons la chorégraphie dans un premier temps comme plusieurs petites parties, nous rendons service à notre cerveau et facilitons le processus d’apprentissage.

Une grande chorégraphie dans la danse orientale, suit la structure de la musique à laquelle elle est destinée. Cela ne signifie pas toujours répéter exactement le même mouvement chaque fois qu’une phrase mélodique se répète, mais cela signifie que le mouvement n’est pas aléatoire.

Regardons « Yanna Yanna » de Suhaila Salimpour. La même mélodie se répète assez souvent, mais les phrases de mouvements ne se répètent pas toujours. L’orchestration change, avec différents instruments de « tête » et est mise en évidence au fur et à mesure que la chanson progresse. Mais ensuite, à la fin, les danseurs reviennent aux tours dans le sens antihoraire avec des rotations poitrine qu’ils ont fait au tout début de la pièce. Cette section agit comme une fin de livre et reflète l’arrangement de la chanson.

A vous de jouer!

La prochaine fois que vous apprenez une nouvelle chorégraphie, ne regardez pas la danse dans son ensemble. Dans un premier temps, regardez-la comme de petits morceaux qui forment un tout. Dessinez votre compréhension de la musique, comme je l’ai fait avec « Talisman ». Écoutez la musique à la maison, dans la voiture ou au travail (^^), de sorte que vous puissiez avoir une meilleure compréhension de son séquençage.

Même si vous apprenez une combinaison courte, abordez-la en plusieurs parties. Si en plus votre professeur vous l’enseigne par parties, alors vous utiliserez votre travail de la musique à votre avantage. Pendant que vous apprenez la danse, donnez un nom à chacune des parties comme : « partie douce », « intro », « partie feu »….avec un langage qui vous parle VOUS.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string SKlMn2 to the field below: