post

L’art du mouvement subtil :  » Mais je n’ai pas l’impression de danser! »

Parfois lorsqu’on commence à danser, on a une envie de bouger de dingue!! On voit des danseurs avancés se déplacer sans effort sur le sol, et on les imite.

On peut alors faire des gestes très amples. Jeter nos cheveux le plus fort possible, bouger nos bras sans arrêt. En fin de compte on arrive à « sur-danser ».

Le temps passe et lorsqu’on regarde sur vidéo nos premiers pas on peut ressentir comme une inefficacité. Ils paraissent maladroits, déséquilibrés et incontrôlés. 

Qu’est-ce qui est différent entre nous avant et nous maintenant?

Grand mouvement = grande danse…..ou pas

Au début, on peut avoir l’impression d’avoir besoin de grands mouvements super-expressifs pour «danser». On peut avoir la sensation de ne rien faire sans ça!

Dans ma tête, j’avais cette idée que la danse devait me faire transpirer tout le temps. On se sent parfois obligé de pousser notre corps à l’effort maximum et absolu pour le plein effet. Certes la danse orientale est physique mais pour autant elle doit être précise et contrôlé parfois.

 

Efficacité et contrôle

Parfois, un danseur réalisera que le mouvement le plus efficace n’est pas nécessairement le plus grand. Il comprendra soudainement qu’un placement subtil de la main, un changement de poids ou un mouvement peuvent avoir des résultats positifs très drastiques sur la qualité d’un enchaînement.

« J’ai l’impression de ne pas danser »

Quand un danseur commence à réaliser qu’il existe des mouvements plus efficaces et moins intenses, il peut avoir un sentiment de frustration. Parfois, ils ont l’impression que cette nouvelle manière d’exécuter un mouvement ne leurs donne pas envie de danser. Au lieu de cela, ils ont l’impression de rester là à ne rien faire.

Le meilleur conseil que je peux donner à ces gens est que ce n’est pas un sentiment permanent. Lorsque vous devenez plus conscient de l’efficacité, vous obtenez également une appréciation plus profonde de la subtilité. Vous apprenez à ressentir chaque millimètre du mouvement du début à la fin. Vous devenez conscient que votre corps tout entier bouge constamment d’une petite manière, plutôt que de courir du point A au point B.

C’est là que vous commencerez à avoir l’impression de danser, même si les mouvements ne sont pas aussi importants. De plus cela augmente la variation de l’énergie au sein d’une même chorégraphie. Quand vous apprenez à contrôler chaque moment de votre danse, vous n’avez pas besoin de grands mouvements pour avoir l’impression de danser. Même un changement de poids d’un pied à l’autre peut donner l’impression de bouger. Cela améliorera également votre connexion, votre musicalité, votre endurance et votre capacité à danser sur de la musique plus rapide.

Pensez-y comme une dissertation universitaire : de nombreux étudiants écrivent d’énormes essais de 20 pages, sentant que cela mettra mieux en valeur tout ce qu’ils connaissent. Ils évaluent la quantité de mots comme une démonstration de leurs connaissances. Cependant, l’écrivain expérimenté dira la même chose en 2 pages – sachant que c’est toute la place dont ils ont besoin pour bien exprimer leurs pensées. Cela n’en fait pas moins un écrivain – cela en fait un plus grand faiseur de mots.

Danser n’est pas une question de quantité de mouvement, mais de qualité de mouvement. Il s’agit d’apprendre à travailler chaque petit muscle individuel. C’est apprendre comment être efficace dans votre expression. Danser est censé être naturel. Il est destiné à être efficace.

***

Avez-vous des pensées à ce sujet? Laissez vos commentaires ci-dessous! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string jpMHOg to the field below: