Introduction suite – « Serpent on the Nile »

Dans sa propre société, la danse arabe a rarement fait l’objet d’études et de représentations dans les arts. La plupart des témoignages, écrits ou visuels, sont l’œuvre d’artistes et de voyageurs occidentaux, en particulier du XIXe siècle, à l’époque « orientaliste ». Nous sommes redevables aux orientalistes pour les écris qu’ils nous ont légué, car sans eux, nous n’aurions aucune connaissance détaillée de la danse arabe dans le passé. La poésie arabe ne nous en donne qu’un aperçu occasionnel – et non la danse elle-même, mais l’effet transformateur de sa beauté sur l’œil du spectateur de l’esprit. En général, cependant, les appréciations de cette danse sont rarement retrouvées dans la littérature arabe.

La société islamique n’a jamais complètement résolu son ambivalence envers les danseuses, qui, à bien des égards, défient ses lois concernant le comportement des femmes dans la société. Une foi dans laquelle le sacré et la société sont indissolublement liés, l’islam est la pierre angulaire de l’existence de la majorité des peuples du monde arabe. Certains versets du Coran interdisant l’idolâtrie encouragèrent le développement d’une tradition artistique dans laquelle aucun projet naturel ne pourrait servir de symbole du divin. Cette interdiction de la représentation naturaliste a contribué à forger une tradition artistique essentiellement abstraite et stylisée.

Il est intéressant de noter que si la danse des femmes a souvent été mal vue dans sa propre société, elle a néanmoins développé une forme qui s’harmonise étroitement avec les arts visuels de l’islam, en particulier en ce qui concerne ses effets sur le spectateur. C’est une danse qui apaise l’esprit plutôt que le distrait. Sa qualité hypnotique, qui provoque un calme intérieur chez le spectateur, est un élément qui a souvent fasciné les observateurs extérieurs:

Les heures passent et il est difficile de s’en aller. C’est ainsi que les mouvements des danseuses affectent les sens. Il n’y a pas de variété ni de vivacité, et il y a rarement une variation dans les mouvements brusques, mais le roulement rythmique exhale une délicieuse torpeur dans l’âme, à la manière d’une intoxication presque hypnotique.

Ces paroles de Charles Gobineau, romancier français du XIXe siècle, ont été reprises par beaucoup d’autres personnes qui ont assisté à la danse au XIXe siècle, une époque où l’intérêt pour l’Orient, comme on l’appelait alors, était à son apogée. Beaucoup de peintres et d’écrivains se sont rendus dans le monde arabe à cette époque, en quête d’inspiration pour leur travail.

Les femmes étaient le sujet le plus populaire de l’art orientaliste. Les danseurs étaient l’attraction principale des voyageurs qui, même si leurs raisons de visiter le monde arabe étaient nombreuses et variées, n’ont jamais refusé l’occasion d’aller voir les célèbres danseuses. En effet, de nombreux voyageurs les recherchent activement, même de manière obsessionnelle. Le résultat fut qu’ils devinrent le symbole d’une sensualité qui, aux yeux du monde extérieur, caractérisa la vie orientale. Ils étaient aussi une attraction interdite et avaient donc une allure particulière. Autrefois, les plus qualifiés des danseurs jouissaient d’un grand prestige et étaient respectés pour leurs connaissances et leur sens artistique.

Mais au dix-neuvième siècle, leur statut avait baissé et ils étaient largement considérés comme peu recommandables. Les voyageurs qui les cherchaient par curiosité restaient tout de même émerveillés par leur art. Les femmes et les hommes étaient fascinés par le baladi, considéré à l’origine comme une simple « gymnastique curieuse et merveilleuse ». Plus tard, il a fini par être admiré pour son talent et la nature subtile de son érotisme.

Un journaliste américain du nom de G. W. Curtis s’est rendu en Égypte au milieu du XIXe siècle. Les danseurs sont exilés du Caire depuis 1843 (voir chap. 3) et Curtis a parcouru le Nil sur une distance de 800 km vers la petite ville d’Esna pour trouver la danseuse la plus célèbre de son temps, Kutchuk Hanem. Il termine sa longue description du divertissement qu’il a apprécié chez elle avec le commentaire suivant: « C’était une parole d’amour que les mots ne peuvent pas dire. Profond, oriental, intense et terrible. »

À partir du milieu du XIXe siècle, des danseurs du monde arabe ont commencé à arriver en Occident pour participer aux grands salons professionnels conçus pour présenter les nouvelles réalisations technologiques de cette époque et présenter différents aspects de la culture mondiale. Du point de vue du public, le divertissement était la plus grande attraction de ces expositions. Les maquettes de cafés algériens, de théâtres égyptiens et de palais persans avec leurs artistes autochtones ont attiré de nombreux commentaires de la presse, qui tendaient à mettre en lumière ce que la délicate sensibilité victorienne considérait l’aspect « choquant » de la danse. Le résultat fut que les gens ont afflué pour le voir, confirmant ainsi sa notoriété.

Le XIXe siècle fut une période de grands bouleversements pour l’Occident, due en grande partie à la croissance de l’industrialisme. Alors que les banquiers et les hommes d’affaires examinaient les débuts de l’ère technologique, les artistes regardaient avec nostalgie un ancien mode de vie qui n’était pas encore ruiné par la mécanisation rampante du monde en développement. Une poignée de femmes pionnières qui façonnaient la danse occidentale sous de nouvelles formes trouvèrent leur plus grande inspiration dans la philosophie et les arts de l’Orient.

Dans les deux premiers diacres du XXe siècle, la danse était le plus influent des arts. La forte influence orientale sur les nouvelles formes de danse en développement est filtrée à travers ses arts apparentés. La conception de la scène, la mode, le théâtre, l’illustration de livres et les arts décoratifs ont tous été influencés par la perception occidentale du monde arabo-islamique. Les nombreux « interprètes exotiques » et « spécialistes du tremblement », comme ils les appelaient, ne faisaient guère que se déplacer d’une manière vaguement ondulatoire, vêtus de tissus multicolores qu’ils devaient ensuite enlever.

C’était un fantasme de l’Orient, un fantasme de danse « orientale ». Même les interprètes sérieux ne trouvent aucune inspiration technique dans la danse arabe, bien qu’ils n’en présentent pas moins leur offre comme des danses authentiques de l’Orient. Parfois, une interprète a tenté de présenter un travail authentique basé sur l’esprit de l’Orient, tel qu’elle le comprenait. La danseuse américaine Ruth St Denis, pour laquelle un élément spirituel ou religieux était primordial, en est un exemple. Pourtant, elle était en minorité. Quant aux artistes arabes venus en Europe et en Amérique à la recherche de travail, ils ont été fortement influencés par la danse occidentale et, dès le début du XXe siècle, des éléments extérieurs ont commencé à s’infiltrer dans un grand orchestre comprenant désormais plusieurs instruments occidentaux. . La danse égyptienne avait été enrichie auparavant par la danse Perse, Turque et Indienne, avec laquelle elle partageait certaines façons d’utiliser le corps. La danse européenne reposait sur une technique et une utilisation complètement différentes de l’espace de performance.

À partir de cette période, la danse égyptienne a commencé à subir une série de changements fondamentaux. Comme toutes les formes d’art extraites de leur contexte culturel et offertes commercialement, elle a perdu quelque chose de son esprit essentiel ainsi que de son intégrité de forme. Dans le passé, il été exécuté plus ou moins sur place, un art intensément concentré, presque méditatif. À présent, les artistes prenent l’espace, lévent les jambes, portent même des ballerines et des chaussures à talons hauts, respectueux de l’esthétique européenne. Leurs costumes cèdent la place à un costume d’inspiration hollywoodienne qui n’exprime rien de plus que les notions occidentales actuelles du glamour. La danse arabe entre ainsi dans le monde du cabaret.

Son apparition dans les discothèque, lorsqu’il est exécuté par des danseurs aux compétences et à l’intégrité artistique, est apprécié à sa manière. Comme souvent aujourd’hui, elle est interprétée par des danseurs non qualifiés de toutes nationalités et qui n’ont que peu ou pas d’expertise, cette « danse du ventre » est maintenant traitée avec dérision en Occident. On est loin de la danse qui vit encore au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, interprétée par des femmes dans l’intimité de leur foyer. Pourtant, c’est encore la manifestation la plus connue de la danse arabe en Occident.

Aujourd’hui, un nombre croissant de danseurs du Moyen-Orient et d’Occident, pionniers du développement théâtral de la danse arabe, prennent une nouvelle direction. Entre temps, en tant qu’activité sociale dans le monde arabe, cet art a conservé sa nature intime et de nombreuses coutumes qui l’entourent. Elle est toujours transmise de mère en fille et interprétée par des femmes pour leur propre divertissement. Elle est toujours dansée en plein air contre de l’argent jeté par la Foule, ainsi que dans les maisons des riches, où les artistes-interprètes sont vraiment récompensés. Et cela reste un ingrédient essentiel de toute occasion où les communautés se rassemblent, en particulier pour les célébrations importantes telles que les mariages.

Un soir, à Aswan, on m’a emmené à un mariage quelque part en dehors de la ville. Nous avons conduit sur des routes cahoteuses et non éclairées et quand il est devenu trop difficile de naviguer, nous avons laissé notre voiture et avons continué à pied. Nous avons trébuché à travers les ténèbres, une pile de gravats, guidés par le son lointain des tambours et des voix élevées dans les chansons. En tournant, nous nous sommes retrouvés au milieu de la fête d’un mariage. Des hommes et des femmes célébraient leur fête aux extrémités opposées de la rue étroite, bordée de hauts murs. Les femmes s’étaient rassemblées dans un petit groupe devant l’endroit où les mariés étaient assis sur une plateforme surélevée dans l’embrasure du mur.

Une femme en vert et or, coiffée d’un foulard à sequins sur ses cheveux, dansait entourée de ses amies. Elle devait avoir la trentaine. Son visage était mince et strié, mais ses yeux sombres brûlaient de plaisir, et le mouvement de ses hanches, qui montait et descendait, et ainsi de suite, semblait projeter des étincelles, créant un courant électrique tout autour d’elle.

En attrapant mon regard, elle m’a attiré dans le cercle pour l’accompagner. Quand les autres femmes ont vu que je connaissais leur danse, elles se sont rapprochées, ravies. Tout autour de moi, j’entendais l’écho aigu du zhagareet, ou des ululations, ce trille de la langue se terminant par un cri aigu qui signifie approbation. Les uns après les autres, les autres se relayaient pour danser avec la femme en vert et elle adaptait ses mouvements aux leurs, parfois à leur grand amusement, se moquant subtilement, se lançant parfois en duo, partageant une blague dans les épaules. , un secret mutuel dans le geste d’une hanche. Comment le comprendre? Ses hanches, plus éloquentes que les mots, semblaient le dire.

Quand nous sommes allés prendre un rafraîchissement dans la cour, elle m’a montré ses sept enfants, d’un bébé à un adolescent. En la voyant de près, sous les ampoules nues accrochées entre les arbres, je remarque pour la première fois les marques laissées par une dure vie sur son visage, gravées autour de ses yeux et sur son front. Une de ses filles m’a apporté un verre de thé à l’hibiscus sucré et refroidi. Nous nous sommes assis et avons discuté en langage des signes, avec quelques mots anglais et arabes ajoutés pour faire bonne mesure.

Au moment où je suis parti, la danse avait recommencé. Je me retournai au coin de la rue et vis que la femme en vert était à nouveau debout. Elle dansait pour son propre plaisir, évoluant dans l’ancien esprit d’une danse de feu dont ni le commercialisme, ni la désapprobation religieuse, ni le changement de temps n’ont réussi à éteindre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string ShQYwK to the field below: