hossam ramzyIntroduction

 

 

Découvrez-en un peu plus sur Hossam Ramzy, grand compositeur de musique orientale. En fouinant j’ai trouvé une vieille archive de 2014. En effet, l’entrevue menée par Tatjana Sehic nous permet d’en savoir un peu plus sur le grand artiste qu’il est.

 

 

Monsieur Ramzy, comment la musique peut être une forme de diplomatie dans notre monde d’aujourd’hui?

La musique sera toujours comprise par toute personne qui l’entendra! La musique est comme une pyramide qui a 360 côtés et chaque côté est différent et a sa propre perspective. Chaque ligne communique avec quelqu’un d’une manière différente.

 

Pensez-vous que l’art de la musique peut favoriser un meilleur dialogue et une meilleure compréhension inter religieuse? Quelle est votre opinion sur le rôle transformateur des arts en tant que diplomatie culturelle dans les relations internationales et interculturelles?

 

L’art a le potentiel d’éveiller les émotions d’une manière positive chez les gens de toutes les confessions. La musique peut être interprétée comme un style libre. Et c’est un bon exemple pour la démocratie. Ma musique n’est pas créée pour la politique. Elle est composée comme une réponse esthétique à ma culture pour un auditoire quel qu’il soit. J’ai appris les polyrythmies et comment les rythmes fonctionnent les uns contre les autres. Je suis toujours intéressé de voir pourquoi ils travaillent les uns contre les autres, et où sont les contrepoints ou les points d’harmonisation. Je crois que la musique c’est écouter les autres plutôt que de jouer en espérant que les autres vous suivent. Et c’est là que je sens que la musique encouragera l’interaction entre les personnes de différentes confessions et apportera un dialogue de paix et de plaisir ainsi que la créativité en eux. Cette valeur émotionnelle doit être traduite dans la langue d’une région particulière et comprise et pratiquée par les personnes comme leur style de vie. J’ai dédié la musique de l’album « L’Egypte dévoilé » (pour acheter l’album http://amzn.to/2iH2bro)  à chaque homme, femme, enfant et aîné de l’Egypte qui ont résisté à la suppression et qui créent l’avenir de leurs l’histoire.

 

Voulez-vous partager quelques impressions de notre collaboration lors du « Drum and Dance Festival » à Vienne qui a été organisé par la danseuse et chorégraphe Mme Paula Nadal. Nous avions relié la musique égyptienne contemporaine aux danses de l’Amérique du Sud et de l’Europe occidentale?

 

Au cours de la première moitié de l’événement, je regardais une variété d’excellents danseurs. Ils dansaient sur ma musique.
C’était fascinant de voir à quel point ils étaient tous très talentueux. Et combien ils étaient excités de danser sur de la musique qu’ils n’avaient pas l’habitude d’utiliser. Dans mes concerts, nous invitons des danseurs d’autres compagnies plutôt que de la nôtre. Je demande toujours qu’ils dansent sur ma musique seulement. Pour quelques raisons simples  :

1. J’aime regarder ma musique chorégraphiée par d’autres artistes et surtout de différents styles de danse.2. Je tiens à donner aux danseurs un nouveau défi pour reliait la musique et la danse. Cela crée une énergie fabuleuse parmi les artistes.
3. Quand ils dansent la musique d’un compositeur qui est assis dans le public, ça leur donne ce sentiment exaltant qu’est l’envie de se surpasser. Cela les rend encore plus excellent. 

J’ai été particulièrement impressionné par la façon dont le tango et les danseurs classiques ont interprété et traduit ma musique. Ceci a alors confirmé ma pensée. Un artiste est ouvert à l’interaction avec n’importe quelle musique, il ou elle la fera revivre.

 

À votre avis, la commercialisation de votre musique dans le monde a-t-elle démontré la capacité de la culture à transcender les conseils d’administration et à remettre en question la mondialisation des frontières?

 

Je pense que ma musique a été acceptée sur toute la planète car je leur ai présenté sous deux styles. On est dans leur propre musique en interagissant avec les artistes occidentaux tels que Peter Gabriel, Jimmy Page & Robert Plant, Shakira, Ricky Martin, Gypsy Kings, Phil Thornton et beaucoup, beaucoup d’autres. La liste est plus longue que je ne me souviens. Le deuxième style était dans mon propre style. Apporter cet aspect pyramidal de ma musique et introduire les sons de l’Egypte d’une manière qu’elles soient audibles par tout le monde. Vous voyez … nous avons eu beaucoup d’occupation en Egypte au cours des millénaires. Des différentes civilisations, occupations et colonisations de l’Égypte … Partant d’aussi loin que les Pharaons, les Hititis, les Grecs, les Romains … Des Français aux Anglais, des Italiens et des tentatives des Allemands. De l’occupation britannique de l’Egypte, vous voyez beaucoup de choses artistiques ont donc changé dans notre musique. Nous avons eu la grande introduction des violons, et les orchestres symphoniques, et les sections en laiton. Nous composons maintenant de la musique pour les ballets de danse avec de grandes orchestrations. Cependant l’ensemble égyptien original est toujours là. J’ai travaillé avec des violons indiens, des musiciens de jazz occidentaux et des chanteurs pop-rock arabes et avec divers autres. Leur musique est une grande mélodie avec des dessins éclectiques sur diverses musiques. Il nous a donc été facile de collaborer.

Je pense que cela a ouvert de nombreuses portes et je crois que plus nous échangeons culturellement plus nous aurons un monde meilleur à vivre.

 

 

67 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *