Nous sommes avec Ellia (Valérie) qui en est à sa quatrième année de danse orientale. Voici son interview, très bel exemple d’une belle personne qui part à la quête de confiance et qui y arrive par la passion de la danse.

Quelle était ta vision sur la danse orientale avant ton premier cours?

interview ElliaEllia : 

Je trouvais ça jolie! J’ai toujours trouvé cette discipline sensuelle et dynamique. Ce qui me plaisait beaucoup c’est que tout le monde pouvait danser. Que l’on soit petit, grand, gros, maigre….tout le monde pouvait danser! J’aime beaucoup la musique bien sur , je n’avais pas d’a priori.

Saya : 

Donne moi trois mots qui représentent pour toi la danse orientale?

Ellia :

Je dirais « Festif », « partage » et le troisième (réflexion) …. à froid c’est chaud (rires)! « Danse en groupe ».

Saya : 

Quel est le prochain défi que tu vas te lancer?

Ellia :

D‘intégrer la compagnie ( la Folie’Z cie), ça reste un défi ! La scène etc… mais ce n’est pas un défi perso car pour l’instant tout ce qui est solo….je ne me sens pas prête.

Saya : 

Quelle pensées négatives reviennent les plus régulièrement?

Ellia :

« Je n’y arriverai pas! », j’ai du mal à me dire que je vais y arriver. Mais j’ai fait du chemin et c’est quand même mieux qu’avant!

Saya : 

Ton meilleur moment dans la danse orientale?

Ellia :

Ce n’est pas évident parce qu’il y en a eu beaucoup. Mais j’ai bien aimé lorsqu’on a dansé au spectacle de fin d’année 2015. Nous avions dansé avec mon groupe une percussion et comme c’était la deuxième chorégraphie j’ai pu me détendre un peu. J’étais moins stressé pour danser.

Saya : 

Qu’est-ce qui t’a rendu le plus fière de toi?

Ellia :

J’ai beaucoup de mal à être fière de moi en règle générale. C’est lié au spectacle de l’année dernière. A l’entracte, je suis allée rejoindre mon fils. Il me dit « Mais Maman c’était génial, tu étais super », il avait les larmes aux yeux! Ça m’a beaucoup touché et je me suis dit que ça devait n’être pas trop mal et que je devais être fière de moi.

Saya : 

Quel est le stage de danse orientale que tu as préféré et pourquoi?

Ellia :

C’est le stage que j’ai fait avec Carla Pedicone sur un Gypsi. J’avais adoré le travail avec la jupe, j’avais trouvé ça dynamique, je m’étais éclatée!

Saya :

Si ta manière de danser était un animal, lequel ?

Ellia :

L’autruche ; je trouve que je ne suis pas très gracieuse (rire).  Ça prend de la place au niveau de l’énergie ( vraiment pas sur de moi sur cette question! rire).

Saya :

Est-ce-que que le fait de monter sur scène t’a aidé à prendre confiance en toi?

Ellia :

La dernière expérience sur scène que j’ai faite, le concours amateur adulte, ne m’a pas aidé du tout. Pendant trois jours je n’étais pas bien, je me suis dit que je n’étais pas arrivé à faire ce que je voulais, je n’avais pas pris de plaisirs etc. J’étais très stressé et ça plus déprécié qu’autre choses.

Saya :

Un dernier mot?

Ellia :

J’ai toujours aimé tous les types de danses. Je faisais des danses à deux et je me suis dit que j’allais faire de la danse orientale. Comme ça je pourrais danser sans partenaire. La danse orientale m’a permis d’avoir un peu plus confiance en moi, d’apprécier davantage mon corps et d’être moins complexé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *