Saya :  

Nous sommes avec Delinda, élève en troisième année de formation pro. Elle fait partie des premières élèves de l’association « Ecole saya ». Qu’est ce qui ta poussé à faire de la danse orientale?

Delinda

Delinda : 

Tout à commencer lorsque j’ai vu une danseuse dans le mariage d’une amie, c’était SourayaJ’ai vraiment trouvé ça jolie! Elle m’a proposé de venir à un spectacle à Fongravey ( Blanquefort ). Mais celle qui m’a vraiment décidé c’est toi! Je t’avais vu danser dans un costume vert/anis, j’avais vraiment aimé et du coup je me suis inscrite à tes cours.

Saya : 

Trois mots afin de décrire ta manière de danser?

Delinda : 

C’est une question difficile car je suis en pleine réflexion sur ça justement! Je suis encore en train de chercher mon moi intérieur, mon style.  Mais je dirais « Spontanéité » par rapport à la manière dont je m’exprime que se soit corporelle ou émotionnelle. On voit tout de suite si je suis à l’aise ou stressé. 

Ensuite « Clownesque » dans le sens humoristique du terme.

Saya : 

Quels sont tes buts dans la danse orientale?

Delinda : 

Les buts que je me suis fixée c’est d’abord d’apprendre à me connaitre, savoir pourquoi je danse. En ce moment je me dis que je danse afin de m’aimer et de m’accepter. C’est une sorte de thérapie. J’aimerais apprendre à m’aimer afin de faire ressentir cela au public. C’est spectaculaire, lorsqu’on se représente sur scène on voit notre personnalité. Parfois on regarde un danseuse elle peut trés bien danser mais pas forcement nous toucher. C’est cette émotion que j’aimerais partager.

J’ai fait la connaissance du chanteuse/danseuse Colombienne. Elle m’a proposé de participer à un spectacle à la foire de Bordeaux. Elle aimerait faire partager son pays la Colombie. Dans son spectacle elle va représenter différents pays. J’ai vraiment envie de partir vers la fusion et de mixer différentes danses.

J’ai envie aussi de m’améliorer au niveau technique, de faire plus de scènes et de concours (rire). Pour beaucoup les concours c’est super, pour moi c’est intéressant mais pas facile du tout!

Saya : 

Comment abordes tu le fait de créer une chorégraphie?

Delinda : 

J’écoute la musique et je vais une recherche afin de traduire les paroles (si il y en a). Ecouter les différents rythmes. Ensuite je me mets dedans afin de créer, si je bloque j’arrête et je reprends plus tard.

Saya :

As-tu des doutes, des craintes des pensées négatives parfois?

Delinda : 

La peur de trop m’écouter. Je suis quelqu’un d’assez pessimiste par rapport à moi, je me bats contre moi même afin de ne pas me pourrir en me disant que je suis nulle. C’est très difficile de faire taire ces pensées. Quand on apprend c’est comme un grand 8, on monte on descend…

Saya : 

Quel est ton premier et dernier coup de cœur?

Delinda : 

Le premier coup de cœur c’était Jillina! Lorsque Elsa a organisé le festival à Bordeaux. Je suis restée sans voix! Ce que j’ai aimé c’est sa simplicité, malgré le fait que se soit une grande star, elles est simple. Elle passait à côté de nous, toujours un petit sourire.

Le dernier coup de cœur en fait il y en a deux! Arnaldo, je l’ai rencontré à Frejus lors du festival organisé par Aude MathisKareem Gad aussi, au festival de Rome. Autant ils ont chacun leurs styles, mais se sont tous les deux des grands.

Saya : 

Qui représente pour toi la réussite dans la danse orientale?

Delinda : 

C’est une question vraiment difficile. Par exemple au niveau de la pédagogie, les personnes auxquelles je pensent m’ont toutes apportés quelque chose!

Saya : 

Un dernier mot?

Delinda : 

Cette interview était vraiment sympa, je vous encourage à venir le faire! Depuis que je fais de la danse orientale, j’ai rencontré beaucoup de personnes avec de belles personnalités. Des stars aussi avec un grand cœur et je suis super contente d’être là où j’en suis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26 vues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *