Apprécier le présent dans votre danse

Entre l’apprentissage d’une chorégraphie, se concentrer sur la technique ou le stresse de monter sur scène on oublie d’apprécier l’expression corporelle dans le présent. Nous avons du mal à déconnecter notre esprit de l’analyse, du raisonnement et de le connecter aux sensations corporelles et aux gestes dans l’instant. Pourtant la danse reste un moyen d’expression éphémère dans le sens où un mouvement se fait sur ce temps puis disparaît.

Le spectateur ressent comme un danseur prévoit, contrôle comme il peut avoir la sensation de langage dans l’instant d’un artiste malgré une chorégraphie faite en amont. Pourquoi cela est-il important? Comment le pratiquer et le vivre? 

1 – Le présent dans le mouvement par l’improvisation

 

On peut apprécier le présent même dans une chorégraphie carrée mais pour commencer il est difficile de se détacher . Donc pour bien sentir la sensation du présent je trouve que d’expérimenter cela en improvisant est un bon moyen. En effet, nous n’avons pas cet attachement à un « script » dans l’impro. Il n’y a juste que nous, le mouvement et la musique. Il peut être difficile de se lancer, on peut le vivre comme un saut dans le vide.

Je recommande donc de mettre en premier lieu une musique lente et de ne pas essayer de « coller » à la musique. Vous ouvrez votre corps dans la lenteur, en pleine conscience du geste sans penser au suivant. Vous allez avoir votre esprit qui va lutter. Pour ceux qui ont déjà pratiqué la méditation, au départ cela ressemble à ça. Vu que vous demandez à vos pensées de ce taire, vous allez avoir tout un tas de phrase qui vont apparaître.

Ce qui est très intéressant c’est que souvent ces phrases sont des peurs profondes, des angoisses, du stress, des émotions négatives. Cela révèle ce qui nous pollues l’esprit en permanence et en silence tout au long de notre journée. Lutter tout de même dans votre impro, continuez à faire vos mouvements en vous concentrant sur les sensations du corps. Et à la fin de l’exercice, faites le bilan. Vous vous apercevrez que même le temps de 2 secondes vous avez capté la sensation du vide de l’esprit et du mouvement. Cela peut être plus ou moins long selon vos barrières.

 

2 – Le présent sur scène, laissez-vous surprendre

 

C’est bien connu, danser seul chez soi et en cours est différent du fait de danser devant un public. L’adrénaline que cela procure n’est pas comparable. Il faut s’en servir dans un sens positif. Lorsque vous effectuez votre performance, essayer de vraiment vouloir « parler » aux personnes présentes. De leur raconter corporellement et émotionnellement quelque chose.

Tout cela en vous connectant avec l’instant présent, car les émotions pures ne passent pas par la case « raisonnement ». Lorsque vous êtes triste, cela se procure tout de suite, vous ressentez la tristesse tout de suite! C’est comme cela que l’expression doit filtrer. Lorsque vous montez sur scène, laissez-vous surprendre par les émotions qui vous traversent. Même si pour vous elles n’ont pas de rapport, assumez-les pleinement.

Si un mouvement vient alors que vous n’aviez pas du tout prévu laissez le transparaître. D’ailleurs on ne se rends compte de ce mouvement qu’après car il était sur l’instant. Il n’y a rien de plus agréable que de sentir que le mouvement de l’artiste est entièrement liée a ce qu’il ressent sur l’instant. Vous pouvez tout aussi bien danser la même choré 10 fois et 10 fois être sincère avec ce qu’elle représente pour vous. Il se peut d’ailleurs qu’elle évolue, ne bloquez pas, laissez la grandir avec vos sensations.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string ZvFY0f to the field below: