Bio

Ansuya, catapulté au statut de « super star ». Un membre de l’ensemble « Belly Dance Super Stars », promu par le producteur de disques Miles Copeland, elle a acquis une reconnaissance nationale du grand public. Sa carrière, cependant, a commencé longtemps avant que sa danse tape dans l’oeil de M. Copeland. 

ansuyaAnsuya a commencé sa relation avec la scène à quatre ans avec sa mère lors des concerts annuels de Jenaeni . Elle apparaît dans des publicités locales, a été couronnée « Miss Teen Ojai 1989 » et fût invitée à Tokyo et au Japon.

Plus tard , elle s’installe à Santa Monica où elle  travaille comme professeur de danse, interprète et actrice. En tant que chorégraphe, elle a travaillé pour Bellydance Superstar et sa compagnie de danse « Ansuya et les danseurs de Yaleil ». Sa compagnie a été nominée en tant que la meilleure troupe par l’Académie internationale de danse du Moyen – Orient et Ansuya a été élu meilleure danseuse Cabaret 2001.

Elle a eu des contrats dans les célèbres clubs de Los Angeles tels que Al Amir et Byblos et des apparitions à Hollywood. Avec d’innombrables performances lors de soirées privées et d’événements, elle est récemment apparu au Japon, en Inde, en Egypte et Bali. Ansuya réside actuellement à Miami où elle se produit régulièrement et enseigne.

j

 

Tu définis ton style de « danse orientale Cabaret ». Peux-tu nous dire que signifie ce style pour toi et pourquoi pratiquer particulièrement celui-là?

Dans les années 1960 et 70, avant de commencer à différencier les styles, « American Bellydance » est un mélange éclectique de mouvements et de musique à travers le Moyen-Orient. C’est une fusion de ce que les danseurs et musiciens ont ramassé ici et là. Les danseurs ont été appelés «danseurs de cabaret» parce qu’ils dansent dans les cabarets. Je choisis de m’appeler « danseuse orientale de cabaret » parce que j’aborde ma danse dans la liberté et de façon progressive. Cela signifie que mon style est en constante évolution. J’encourage cette approche à mes étudiants. Si vous prenez dix étudiants et appliquer cette philosophie, vous vous retrouverez avec dix artistes très différents. Le cabaret applique un cadre intime, idéal pour s’exprimer et apprécier les mouvements subtils et les émotions de la danse orientale.

Vous poursuivez activement une carrière d’actrice en plus de la danse. Avez-vous la même attitude ?

Jouer la comédie et danser est assez semblable en fin de compte! Parce que j’ai appris à avoir une forte perspective émotionnelle dans ma danse. Je suis habituée à être émotionnellement disponible et expressive. Je trouve les deux formes d’art très gratifiante et je pense qu’elles ont toutes les deux une place dans ma vie. mais peut-être à des moments différents. J’ai eu des moments où je ne pensais pas que je pourrais vivre sans la danse et des moments où je ne pensais pas que je pourrais vivre sans jouer la comédie.

En tant que danseuse orientale très appréciée du grand public, quelles pressions avez-vous ressenties de la communauté « danse orientale » et comment avez-vous réagi?

Je suis consciente que la communauté regorge de préoccupations sur la façon dont la danse orientale est dépeinte dans le monde. Partout où je vais j’amène un côté commercial à la danse orientale et je l’assume. Une fois que la danse orientale sera représentée partout, nous serons libres d’exprimer notre vision propre de cette danse. C’est cela mon but, donner la liberté d’expression à cette danse. C’est un peu comme une star d’Hollywood qui devient célèbre grâce à un blockbuster et se retrouve devant l’opportunité de choisir un film indépendant. Ça ne veut pas dire que lorsqu’on me cri « Tu n’es pas authentique avec ton art! »  cela ne me blesse pas! Cependant j’essaie de penser la chose à long terme. Non seulement pour moi mais aussi pour la viabilité de la danse orientale à travers le monde. Les choses qui ressemblent à des mauvais choix sur le court terme ont très souvent des bonnes répercussions sur le long terme.

Quelles sont vos réflexions sur la création d’ un vocabulaire de danse orientale, et le système de certification? Et quelles personnes devraient guider ce processus?

Pour parvenir à la normalisation, le compromis est inévitable. Je pense qu’il y aurait énormément de débat et de « combat de coqs ». Je pense qu’un système de vocabulaire et de certification spécifique développé par des moniteurs individuels peut être amusant et créatif. Si j’avais la possibilité, je voudrais encourager les élèves à être progressive en modifiant et en développant mon matériel. Les inspirés en faisant intervenir de nombreux professeurs. De cette façon, je veillerai à ce que le vocabulaire et la certification contribueraient à l’ étude et à encourager la réalisation. Tout cela en ne limitant pas l’artiste ou l’ art.

Après le succès que vous avez déjà atteint, quelle est le prochain? Quelles directions allez-vous prendre?

Je pense qu’il n’y a pas plus grand privilège au monde que la découverte de soi par l’art. J’aimerais atteindre mon plein potentiel créatif et aider les autres à atteindre le leur. En ce moment, je me concentre sur le projet Bellydance Superstars, qui je pense est un grand pas vers la progression de notre art dans l’industrie du divertissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *