Introduction suite – « Serpent on the Nile »

Introduction suite – « Serpent on the Nile »

Dans sa propre société, la danse arabe a rarement fait l’objet d’études et de représentations dans les arts. La plupart des témoignages, écrits ou visuels, sont l’œuvre d’artistes et de voyageurs occidentaux, en particulier du XIXe siècle, à l’époque « orientaliste ». Nous sommes redevables aux orientalistes pour les écris qu’ils nous ont légué, car sans eux, nous n’aurions aucune connaissance détaillée de la danse arabe dans le passé. La poésie arabe ne nous en donne qu’un aperçu occasionnel – et non la danse elle-même, mais l’effet transformateur de sa beauté sur l’œil du spectateur de l’esprit. En général, cependant, les appréciations de cette danse sont rarement retrouvées dans la littérature arabe.

Read More